Interviews du président de l’association AKE et d’Andy Rey

Le 26/04/2013 à 16h dans le cadre du festival festi’couleurs à la médiathèque d’Empalot.

Était présent lors de cet interview un artiste du festival qui s’est tenu en mai 2013, Andy REY. Comme le dit bien notre artiste, « ma musique est caribéenne, de Cuba. Elle fait partie du monde latino mais chaque musique a son influence et son identité propre. Pour mon rôle dans cet orchestre, je suis le directeur de l’orchestre et le seul chanteur. Je suis accompagné de plusieurs instruments: les cuivres, le piano, les instruments à cordes… »

Malgoire Sitou me dit : « Je suis président de l’association AKE depuis 11 ans, depuis sa création en 2002. Festi’couleurs est une des vitrines de notre association. L’association est née d’un engouement et d’un constat au niveau associatif : il manquait dans la ville rose un évènement fédérateur, les communautés étaient très disparates, elles ne se mélangeaient pas. On m’a parlé du festival RACINE à la Reynerie mais il n’existe plus. Le 1er festival d’AKE a eu lieu en 2007. »

Malgoire m’a ensuite parlé d’ « opinions croisées », « c’est une rencontre entre citoyens et sociologues pour débattre ensemble de questions de société. Le 1er thème était « Comment vivez-vous la diversité au quotidien ? Nous avons voulu donné la parole à des acteurs différents, citoyens, sociologues, pour trouver des solutions aux problèmes que rencontrent les jeunes des quartiers »

Malgoire me parle aussi du collectif associatif AKE31, c’est un moyen de « mutualiser nos forces, de favoriser le partage, l’entraide, la solidarité. Nous nous échangeons des artistes. Par exemple, lorsqu’une association a besoin d’un artiste, elle fait appel à nous » me dit-il.

Nous évoquons par la suite les partenaires et le financement de l’association. La région Midi-Pyrénées et le conseil général de la Haute Garonne financent l’association grâce à des dotations. La Mairie de Toulouse s’occupe des affiches publicitaires, des médias et elle met à disposition chaque année le Hall 8 du parc des expositions. Mais comme le précise Malgoire Sitou, « les financements manquent comme l’année dernière, où nous n’avons pas eu de financement de l’État, les pouvoirs publics mettant en avant que les activités d’AKE ne correspondaient pas à la politique de la ville. » Pourtant souligne Malgoire, « le festival s’adresse à une population défavorisée, il rassemble les gens et il est gratuit de 11h à 18h afin de permettre à toutes les familles d’y participer. »

D’ailleurs dit-il, « je lance un appel aux particuliers et aux collectivités car nous sommes toujours à la recherche de locaux pour notre association. »

« Cette année, nous avons choisi les femmes comme thème du festival, ce thème est reconduit pour deux ans. L’année dernière, nous avions mis les enfants au centre du festival ; mais cette année, nous avions envie de rendre hommage aux femmes, aux mères qui sont les garantes de la famille. Nous organisons aussi un défilé « Miss rondes » pour mettre à l’honneur les femmes rondes, les mamas kilos comme on les appelle chez nous. Nous voulons que ces femmes s’assument en tant que femmes. »

Puis Malgoire poursuit, « notre association est socio-culturelle, elle mélange le social, le culturel et la prévention aussi puisqu’elle participe à des actions de prévention routière avec la police. Notre association vise à favoriser le vivre ensemble, la citoyenneté car cela se perd de nos jours. Nous avons tous connu l’école civique qui transmettait les valeurs de la république, cela permettait de rassembler tout le monde autour de valeurs communes. »

Enfin je terminerai par un extrait de notre interview, qui tient particulièrement à cœur pour le président d’AKE, il porte sur la mission humanitaire de l’association.

Malgoire m’explique d’abord brièvement l’histoire de son pays le Congo Brazzaville et les trois guerres civiles successives qu’il y a eu. Il me dit : «  quand je vois ces enfants qui doivent travailler dans les champs pour aider leurs parents et ils parcourent 15 km pour rentrer chez eux après l’école, ils arrivent tard le soir chez eux… Comme je suis ici, je veux pouvoir faire quelque chose. Nous organisons chaque année l’acheminement de médicaments, de vêtements… et j’ai demandé aux autres personnes qui s’investissent dans l’association, ils me soutiennent dans cette mission humanitaire »

Cet été, Malgoire Sitou est allé au Congo Brazzaville pour son projet humanitaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s