Mine de rien, la gourmandise

L’atelier est souvent l’occasion de terminer par une écriture collective.
Partant d’une phrase simple, chacun complète en quelques mots le texte et passe la feuille à son voisin.

Autant de participants, autant de textes. Tous écrits en commun.
Les pages tournent, les phrases se répondent, créant une douce cacophonie, silencieuse. Chaque texte creuse son chemin singulier, de mains en mains.

Et vous préférez-vous le sucré ou le salé ? Extraits

candy-cane-300pxbluefrog23-peppermint-candy-300pxcandy-cane-300pxbluefrog23-peppermint-candy-300pxcandy-cane-300pxbluefrog23-peppermint-candy-300pxcandy-cane-300pxbluefrog23-peppermint-candy-300pxcandy-cane-300pxbluefrog23-peppermint-candy-300pxcandy-cane-300pxbluefrog23-peppermint-candy-300pxcandy-cane-300pxbluefrog23-peppermint-candy-300px

J’ai toujours préféré le sucré car il est source de douceur, de gourmandise.
Que la vie est amère quand on la boit sans sucre disait ma mère!
Les vieux proverbes ont la vie dure.
Et c’est parce que la vie perdure qu’il faut aimer le sucre.

Au diable le diabète et autres cochonneries de jeunesse.
Faisons-nous plaisir avant tout. J’opte pour la devise épicurienne.
Quand on est jeune, on a les dents mais pas les gâteaux. Quand on est vieux on a les gâteaux mais pas les dents!

On peut avoir les dents longues jeune ou ne pas avoir de dents. On est tranquille pour dormir.
Dormir sans dents, c’est dormir cent ans, disait une grand-mère prise au hasard.

Un bon café, aller à Paris ou au Brésil et c’est la fin.

lolly-300px srd-small-cake-300pxlolly-300pxsrd-small-cake-300pxlolly-300pxsrd-small-cake-300pxlolly-300pxsrd-small-cake-300pxlolly-300pxsrd-small-cake-300pxlolly-300pxsrd-small-cake-300pxlolly-300pxsrd-small-cake-300px

J’ai toujours préféré le sucré, une profusion de gâteaux, de glaces, de fruits, jusqu’à l’écœurement.
C’est en été que je mange le plus de fruits, le soleil et la chaleur nous amenant à nous désaltérer.
Le sucré, c’est un peu d’amour qu’on absorbe! Rien de tel qu’un paquet de bonbons quand on est triste!

En parlant de bonbons, j’aime bien les Malabars Haribo et les Carambars.
Ils sont une part de souvenirs, coincés dans une rue de Paris.
L’intensité du plaisir est un cadeau
Que ce soit à Paris ou au Brésil, savourons ces moments tranquilles, cools, conviviaux avant une pause.

Prenons du plaisir avant de dormir du repos éternel.
L’éternité c’est comme un chocolat qui fond sur la langue.

food-pad-tii-300pxfood-luxury-tortellini-300pxfood-pad-tii-300pxfood-luxury-tortellini-300pxfood-pad-tii-300pxfood-luxury-tortellini-300pxfood-pad-tii-300px

J’ai toujours préféré le salé, d’où mon goût pour les confits de porc ou de canard.
Cela me rappelle quand je n’étais pas fâché avec mon frère qui habite Auch.
Nous nous retrouvions autour de bons plats chauds et d’énormes cassoulets roboratifs.Quel plaisir nous éprouvions! Mais attention au verdict de la balance…

La convivialité autour de la table, rien de mieux!
En plus de la convivialité, on va au Brésil, on voyage en Afrique. Quel bonheur!
Le thé nous emmène en Asie sur un éléphant tranquille.
Repos.
Dormir après une orgie de calissons, c’est cool. Quel Bonheur. Cadeaux!!!

cyberscooty-palm-trees-300pxmachovka-pink-pig-300pxcyberscooty-palm-trees-300pxmachovka-pink-pig-300pxcyberscooty-palm-trees-300pxmachovka-pink-pig-300pxcyberscooty-palm-trees-300pxmachovka-pink-pig-300pxcyberscooty-palm-trees-300pxmachovka-pink-pig-300px

J’ai toujours préféré le sucré, comme les gâteaux de la boulangerie Abadie.
Je me souviens très exactement de leurs mille-feuilles.
Moi ce sont les palmiers que je préfère.
Et moi, les tartes au citron meringuées.
Moi, je fonds devant un Paris-Brest.

Quel bonheur de dévorer un petit cochon rose à la pâte d’amande.
C’est un cadeau, une pause cool dans une journée qui contient 24 heures.
24 heures de bonheur sucré. Un voyage…
au Brésil pour déguster leurs animaux en pain d’épices.

Une pause pour un moment cool, à la recherche du bonheur.
Retournons à Paris.